• Haiku n°11
  • Sandrine Davin (2016)
  • Christiane Dimitriadis (2016)
  • Haiku n°5
  • Minh-Triêt Pham (2013)
  • Haiku n°4
  • Haiku n°7
  • Haiku n°8
  • Haiku n°2
  • Haiku n°12
  • Haiku n°3
  • Haiku n°13
  • Haiku n°16
  • Haiku n°1 ...en préselection
  • Haiku n°6
  • Haiku n°9
  • Haiku n°10
  • Haiku n°14
  • Haiku n°15

Grand concours de Spéléo-Haïku

Le Spéléo Club de l'Aisne organise, pendant toute la durée de la décennie 2010-2019 , un concours de Haiku ayant pour thème la spéléologie.

Le HAIKU est un court poème d'origine japonaise de 17 syllabes composé de 3 vers soumis à l'alternance 5-7-5. Il peut faire partager, des émotions, des sensations, des impressions en puisant son essence dans les images de la nature. De l'ensemble doit se dégager ce que certains appellent un "esprit haïku". Indéfinissable en tant que tel. Il procède de vécu, de ressenti, de choses impalpables.

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Haiku

Le haïku ne se contente pas de décrire les choses, il nécessite le détachement de l'auteur.

Il est comme une sorte d'instantané. Il n'exclut cependant pas l'humour, les figures de style, mais tout cela doit être utilisé avec parcimonie.

Il doit pouvoir se lire en une seule respiration et de préférence à voix haute.

Il incite à la réflexion.

Il est préférable de le lire deux fois afin d'en saisir complètement le sens et la subtilité.

C'est au lecteur qu'il revient de se créer sa propre image. Ainsi, le haïku ne doit pas décrire mais évoquer. Plutôt qu'une phrase répartie sur trois lignes, le haïku procède par une notion de césure, le kireji.

La principale difficulté pour les haïkistes francophones, est de retrouver une notion de flou qui est plus appropriée à la langue japonaise, qui n'utilise pas autant d'articles ou de conjugaisons que le français. Des débats ont également lieu pour tenter de donner des pistes sur la ponctuation.

Des tirets, des espaces ou signes d'ondulation paraissent le mieux s'approcher de la façon d'écrire très sobre des Japonais Mais ce n'est pas la seule règle que doit respecter un haïku, car il lui faut contenir un kigo (mot de saison), c'est-à-dire une référence à la nature ou un mot clé concernant l'une des quatre saisons.

Notons qu'au-delà des quatre saisons traditionnelles, le jour de l'an est très important et peut être considéré en haïku comme une saison à part entière. Si la saison peut être nommée, le cadre poétique impose le plus souvent de l'évoquer. Cerisier en fleurs pour le printemps, vol de hannetons pour été, etc. Mais « pleine lune », qui ne peut être rattachée à une saison en particulier, constitue également un excellent kigo.

Règlement

Les haïkus ne contennant pas d'élément indiquant la saison (muki-haïku : littéralement « haïku-sans-mot-de-saison » sont autorisés pour le présent concours sans distiction de catégorie. Le respect du nombre de syllabes sera par contre un critère à respecter scrupuleusement.

La récompense pour le gagnant du concours n'est toujours pas clairement définie mais le meilleur Haiku pourrait probablement devenir la devise éternelle du spéléo club.

Pour participer il suffit d'envoyer votre création par mail : speleoaisne@free.fr



www : http://speleoaisne.free.fr